À propos du projet

 

Les Trésors du patrimoine

Jaime Torres-Bodet, poète mexicain qui fut le Directeur général de l’UNESCO de 1948 à 1952, a dit un jour que les archives ne sont pas « d’immenses cimetières », mais des lieux où chacun peut retrouver la trace « des expériences, des aventures, des menaces et des drames » de la société. Les archives étaient pour lui indispensables à la « continuité de la conscience humaine » et à la possibilité d’une bonne gouvernance. Elles renfermaient les « traces instructives de la vie ».  

Les archives et les collections audiovisuelles historiques de l’UNESCO renferment les traces de 70 années d’idées et d’actions au service de la paix et de la compréhension internationales dans les divers domaines de compétence de l’Organisation.  

En 2015, l’UNESCO a donc lancé un projet de numérisation de ses archives en remontant jusqu’aux organisations qui l’ont précédée comme l’Institut International de Coopération Intellectuelle de la Société des nations. Le but visé est de préserver les principaux pans de notre mémoire collective et de les mettre à la disposition du plus grand nombre. 

Deux ans plus tard, grâce au généreux soutien du Gouvernement du Japon, l'UNESCO a lancé une importante initiative de deux ans. En partenariat avec l'entreprise de numérisation Picturae BV, un laboratoire sur place a été installé au Siège de l'UNESCO à Paris en février 2018. 

Cliquez ici pour accéder aux collections qui ont déjà été numérisées

Pourquoi Numériser ? 

Les archives institutionnelles de l'UNESCO et ses collections audiovisuelles patrimoniales témoignent de la mission d'UNESCO de contribuer à la construction de la paix, à l’éradication de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel par l'éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information. Les collections racontent l'histoire d’idées et d’actions, de programmes et de projets, et d’efforts entrepris pour mener à bien cette mission. 

Les collections concernent bien plus que l’UNESCO elle-même. Elles fournissent également des données factuelles sur l’histoire de la coopération internationale; comment différents pays et des Etats ayant récemment acquis leur indépendance ont pris part à des activités dans l’éducation, la communication, la culture et les sciences. Les catalogues numériques facilitent la recherche et la découverte de documents, permettant ainsi aux utilisateurs de mettre à meilleur profit leurs recherches dans le précieux patrimoine documentaire de l'Unesco. 

Certaines de nos plus anciennes archives sont les plus consultées dans notre salle de lecture au Siège de l'UNESCO, à Paris. Il n'est donc pas étonnant qu'après des décennies de manipulation physique, les documents ont commencé à montrer des signes d'usure. De plus, la multiplicité des formats analogiques dans nos collections audiovisuelles, qui comprennent des films, des vidéos, des enregistrements audio et des photos datant des années 1940, a fait émerger un défi majeur depuis des années, celui de la consultation, qui, est quasiment impossible dans certains cas. Les substituts numériques contribueront à la sauvegarde du contenu, à son accessibilité, ainsi qu'à la préservation des matériaux d'origine en réduisant le risque de dommages dus à la manipulation, en prolongeant leur longévité et leur valeur historique.
 
 


Mécènes

 Avec le soutien du gouvernement du Japon

 
 

Partenaires

 
Nous avons des partenariats fondés sur une vision et des objectifs communs