Du jazz à l'UNESCO

 

© UNESCO/Dominique Roger (Paris, Maison de l'UNESCO, 1966)

 

Pour célébrer la Journée Internationale du Jazz, les archives ouvrent leur fonds et vous présentent leurs pépites musicales : 

En 1966, l'association du personnel de l'UNESCO (club de jazz) organise un concert en faveur de la campagne internationale pour Florence et Venise. Le contrebassiste Ron Brooks (sur la photo) est l'un des invités de la soirée. 

Le 20 septembre 1972, l'UNESCO accueille Sammy Davis Jr pour encourager la production de livres pour les aveugles. C'est un artiste aux multiples talents puisqu'il danseur, chanteur, acteur et évidemment musicien. Il joue du vibraphone, de la trompette et de la batterie. En réalité, cette conférence de presse porte plus sur les opinions politiques et les engagements du jazzman. Pour l'écouter, cliquez ici.

Parmi les enregistrements conservés une précieuse interview de Duke Ellington qui est un des plus grand compositeurs du XXe siècle. Il est interrogé lors du festival des arts nègres. Plein d'humour, il se définit comme un petit musicien qui appartient à un syndicat de musique et qui aspire à devenir un artiste. Duke Ellington n'était pas destiné à devenir ce grand jazzman, il rappelle qu'il avait reçu une bourse d'études pour étudier la peinture mais sa réputation l'a rattrapé. Le jazz est un genre musical difficile à définir car l'improvisation est un de ces traits distinctifs. Duke Ellington insiste énormément sur l'individualisme inhérent au jazz. Il rejette les classifications et préfère considérer que chaque musicien fait une musique qui lui est propre. Cliquez ici.

Pour écouter un peu de jazz. Voici un enregistrement de Negro spirituals qui est un type de musique vocale sacrée et qui est une des sources du jazz. Il en est d'ailleurs fait mention dans l'intervew de Duke. Cliquez ici.

 

Sarah Rigaudeau, assistante de projet.


Mécènes

 Avec le soutien du peuple du Japon

 
 

Partenaires

 
Nous avons des partenariats fondés sur une vision et des objectifs communs